Colloque CAMELIA : Le cas médical entre norme et exception

ProgrammeCamelia Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque CAMELIA

19 mai 2016 Salle Bourjac en Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

20 mai 2016 Salle du Conseil, site des Cordeliers (1er étage), 15, rue de l’École de médecine 75006 Paris

19 mai à 9h30 (président : Paolo Tortonese, Sorbonne Nouvelle)

Juan Rigoli, Université de Genève : « Le commun et le rare : petite sémantique du “cas” en médecine au xixe siècle »

Jean-Christophe Coffin, Centre Alexandre Koyré : « De la norme à l’exception : l’homosexuel comme cas médical »

Rudolf Behrens, Ruhr-Universität Bochum : « Le Horla de Maupassant, un cas ? »

Claude Valentin, LeM/Université Paris descartes
« La médecine de précision aux fondements et aux risques de la postmodernité»

 

19 mai à 14h30 (président : Carle Bonafous-Murat, Sorbonne Nouvelle)

Philippe Charlier, Universités Versailles-Saint-Quentin et Paris Descartes : « La bonne mort dans les Ars moriendi en Occident : comment apprendre à mourir ? »

Maria de Jesus Cabral, Universidade de Lisboa : « A fear of insanity which itself is insanity : Fernando Pessoa, un cas clinique à la première personne »

Larry Duffy, University of Kent : « Ce traité médical qui n’en est pas un : un récit de lutte disciplinaire sous le régime Orfila »

 

20 mai à 10h (président : Christian Hervé, Paris-Descartes)

Nicole Edelman, Université Paris Ouest Nanterre La Défense : « À propos d’un viol sous magnétisme : les avatars d’un diagnostic (de 1865 au début du xxe siècle) »

Violaine Heyraud, Sorbonne Nouvelle : « “Il est de tous les jours, votre cas” : l’impuissance dans la comédie légère du xixe siècle »

Jeanne Weeber, Paris-Sorbonne : « Le cas du psychiatre fou : Tchekhov, Poe, Lobo Antunes »

20 mai à 14h30 (président : Alexandre Wenger, Universités de Genève et de Fribourg)

Laure de La Tour, Paris-Sorbonne : « J.-K. Huysmans et le cas médical spiritualisé : les exemples d’En rade et d’En route »

Laurence Talairach-Vielmas, Université de Toulouse Jean Jaurès et Centre Alexandre Koyré : « Cas médicaux et imaginaire gothique : la circulation des cas de catalepsie au xixe siècle »

Marie-france Mamzer, Université Paris descartes «Les organes, ces nouveaux personnages littéraires? Le cas du cœur dans réparer les vivants de Mayliss de Kerangal»

Carle Bonafous-Murat, Sorbonne Nouvelle : Conclusion

Présentation 

Si le mot cas désigne « la maladie considérée dans la personne qui en est atteinte » (TLF), il est en même temps orienté vers l’abstraction générale et vers le phénomène individuel. Il nous fait penser à l’effort intellectuel par lequel la science décrit la maladie, aussi bien qu’à la relation personnelle du médecin avec un patient. Le récit de cas contient à son tour cette tension entre la loi universelle et la personne particulière, entre la description et la narration, entre la science et le pathos. Tension qui se manifeste dans le caractère toujours étrange, étonnant, stupéfiant du cas que le récit met en valeur. Il n’y a pas de cas sans l’étonnement initial qui attire la curiosité en présentant ce qui sort de l’habituel : « l’homme qui prenait sa femme pour un chapeau ». Combien de récit de cas, dans les périodiques médicaux depuis le dix-huitième siècle et jusqu’à aujourd’hui, se disent extraordinaires, merveilleux, prodigieux. Mais s’ils semblent excéder la nature, c’est pour modifier les normes par lesquelles nous pensons la maîtriser : les cas mettent en cause les lois établies pour en suggérer l’amendement, ou la reformulation complète. Ils semblent s’appuyer sur ce sentiment qu’Aristote considère comme nécessaire à la connaissance : l’étonnement, qui fait le lien entre les configurations successives du savoir.

Que ce soit dans les périodiques médicaux ou dans les pages d’un roman, les récits de cas disent à quel point il est difficile de faire rentrer l’individu dans une catégorie, mais aussi combien il est malaisé de le comprendre en dehors de toute pensée catégorielle. Ils disent que la notion de pathologie hésite entre sa nature d’antonyme de santé et d’antonyme de norme. L’individu se définit-il comme un être qui s’éloigne de la norme ? Chez Bichat, tel que Canguilhem l’a lu, la question de la singularité de l’individu est celle de l’« irrégularité des phénomènes, en opposition avec la régularité des phénomènes physiques », et la vie est faite d’originalité, d’écarts par rapport à la norme. Deux siècles plus tard, dans l’exigence actuelle d’une « médecine personnalisée », la singularité du cas cherche à être prise en compte, sur plusieurs plans du rapport entre médecin et patient. De même, la « médecine narrative » propose de passer par le récit pour saisir la singularité du patient, ainsi que pour nourrir la réflexion éthique du médecin.

Notre colloque voudrait être une occasion de discuter des récits de cas dans leur histoire, depuis le dix-huitième siècle, et dans leur actualité. Il souhaite permettre un dialogue autour de la notion de cas entre médecins, historiens, littéraires, spécialistes d’éthique médicale. Toutes les pratiques de récit de cas peuvent y être discutées, tous les rapports entre différentes casuistiques peuvent y faire l’objet d’une étude qui valorisera le dialogue entre disciplines.

Résumé des communications:

Juan Rigoli, Université de Genève : « Le commun et le rare : petite sémantique du “cas” en médecine au xixe siècle »

Le mot « cas » en médecine est de ceux dont l’emploi est le plus fréquent et dont la définition est la plus incertaine. Sa longue absence des répertoires lexicaux, spécialisés ou non, est sans doute le signe d’une difficulté majeure à conceptualiser une notion aussi évidente que fugace. Cerner cette dernière et réglementer son usage, ce serait en fait résoudre une tension dont la médecine ne peut se défaire entre général et particulier, entre maladie et malade. Nous tâcherons d’interroger cette difficulté et d’explorer les territoires du « cas » en nous centrant sur une période où la médecine, placée sous le régime de l’ « observation », cherche à définir et à épurer son langage.

Jean-Christophe Coffin, Centre Alexandre Koyré : « De la norme à l’exception : l’homosexuel comme cas médical »

Cette intervention s’appuie principalement sur le récit du psychiatre Jean Delay concernant l’écrivain André Gide. Il s’agira en tout premier lieu de sonder et d’analyser les propos du premier. On se demandera notamment quel était le sens des textes produits par ce médecin et la raison de leur publication : exercice littéraire ou diagnostic médical réalisé à distance et livré au public ?   Ou bien encore une manière d’introduire le regard de la psychanalyse sur la sexualité infantile et adolescente, à travers la grille de lecture freudienne notamment, de la part d’un psychiatre qui n’appartient pas aux cercles psychanalytiques français ? On terminera enfin sur quel type de relation médecin – patient s’est construit et quelle appréciation en donner. L’intervention sera complétée par quelques exemples des réactions que les propos de Jean Delay ont suscités à l’époque, c’est à dire essentiellement à la fin des années 1950.

Rudolf Behrens, Ruhr-Universität Bochum : « Le Horla de Maupassant, un cas ? »

Philippe Charlier, Universités Versailles-Saint-Quentin et Paris Descartes : « La bonne mort dans les Ars moriendi en Occident : comment apprendre à mourir ? »

Comment se préparer à la mort ? Comment transformer l’agonie et le moment du décès en une expérience sensorielle et spirituelle ? Initiés dans l’Occident médiéval, les traités de type Ars moriendi vont très vite devenir un véritable succès littéraire à la Renaissance puis lors de la Contre-Réforme. A travers des exemples choisis et une lecture critique, on verra, avec un double regard médico-légal et anthropologique,   comment certains réussissent leur mort avec plus ou moins de succès, mais aussi comment d’autres mettent en place des formations accélérées dans cet « apprentissage de la fin » lorsque l’issue se rapproche in extremis.

Maria de Jesus Cabral, Universidade de Lisboa : « A fear of insanity which itself is insanity : Fernando Pessoa, un cas clinique à la première personne »

Pour un colloque consacré au cas médical entre norme et exception, qui mieux que Pessoa – qui n’a cessé de penser et la psychanalyse naissante et son propre « désêtre » pour parler comme Lacan, son sentiment de n’être rien – pour nous aider à réfléchir et à problématiser les notions de normal et de pathologique dans ses rapports à la création ? C’est le parcours que je propose de suivre, en partant des notions de « folie lucide » et de « manie raisonnante » telles que les déploie Pessoa (ou Alexander Search) dans ses Écrits sur le Génie et la Folie pour ensuite interroger d’autres pans de son œuvre.

Les lectures spécifiques par l’écrivain lisboète des théories psychologiques de son temps permettent, par ailleurs, de nuancer la prétendue « mélancolie » qu’on a que trop tendance à accoler à son nom. Traiter Pessoa davantage en poéticien qu’en malade me semble, au final la voie la plus féconde et la plus respectueuse d’approcher le créateur de l’hétéronymie.

Larry Duffy, University of Kent : « Ce traité médical qui n’en est pas un : un récit de lutte disciplinaire sous le régime Orfila »

Mathieu Orfila domine la scène médicale sous la monarchie de Juillet. Doyen de la Faculté, pharmacien, toxicologue, il est entouré, selon un hagiographe, d’ « une pléïade d’adversaires », parmi lesquels se comptent François-Vincent Raspail, son ennemi dans les procès pour empoisonnement où il est expert, et le Dr Noël Dupré, auteur d’ouvrages promouvant l’enseignement libre de la médecine que le doyen veut interdire. Suite à une considération brève de récits (en prose et en vers…) produits par ces auteurs pour dénoncer Orfila et le système de règlement professionel qu’il préside, nous aborderons un texte peu connu qui jouit pourtant d’un statut de curiosité dans l’histoire de l’avortement: les Considérations médico-légales sur l’avortement (1844) de Charles-Nicolas Halmagrand, médecin spécialisé dans l’obstétrique et dans les « maladies de femmes ». Cet ouvrage, superficiellement un traité sur une question importante de médecine légale, et plein de gravures techniques, est en réalité un récit autobiographique et surtout polémique – à forte qualité littéraire – de l’arrestation pour avortement, du procès et de l’acquittement du Docteur Halmagrand, et ensuite de sa radiation pour charlatanisme sur les instances du doyen Orfila, en dépit de services à l’humanité, copieusement documentés. Constatant certaines similarités rhétoriques frappantes entre certains propos du narrateur de ce récit et de ceux du pharmacien Homais dans Madame Bovary, nous situerons le texte de Halmagrand et celui de Flaubert dans un contexte discursif de luttes disciplinaires autour du règlement disciplinaire de la médecine et de la pharmacie au premier XIXe siècle.

Nicole Edelman, Université Paris Ouest Nanterre La Défense : « À propos d’un viol sous magnétisme : les avatars d’un diagnostic (de 1865 au début du xxe siècle) »

Le magnétisme animal et le somnambulisme magnétique ont été mis à l’écart de la science médicale officielle en France en 1784 puis en 1837. Le somnambulisme magnétique n’aurait resurgi dans le monde médical qu’avec la communication du neurologue Jean Martin Charcot en 1882 faite à l’Académie des Sciences qui faisait de l’hypnose une pathologie hystérique. Or, ces phénomènes sont reconnus dès 1865 par le biais de l’expertise médicale lors de procès de viols sous magnétisme. Le premier qui fera jurisprudence est celui de Timothée Castellan en 1865. Le cas sera repris et modifié jusqu’au XXe siècle dans les ouvrages des médecins experts. L’analyse de cette évolution permet de saisir des changements médicaux  mais aussi sociaux.

Violaine Heyraud, Sorbonne Nouvelle : « “Il est de tous les jours, votre cas” : l’impuissance dans la comédie légère du xixe siècle »

Laure de La Tour, Paris-Sorbonne : « J.-K. Huysmans et le cas médical spiritualisé: les exemples d’En rade et d’En route »

Joris-Karl Huysmans (1848-1907) occupe une place intéressante dans l’histoire des liens entre médecine et littérature par l’expression d’un « naturalisme spiritualiste ». Grand lecteur d’ouvrages médicaux qu’il n’hésite parfois pas à démarquer, observateur sans pitié de la morbidité, il semble opérer un transfert du récit de cas clinique, de l’œuvre médicale à l’œuvre littéraire. Pourtant son œuvre exprime aussi dès A rebours une résistance aux normes cliniques en proposant une contre-norme spirituelle, voire mystique après la conversion de l’écrivain au catholicisme. C’est précisément cette tension entre la référence médicale et sa critique au nom de la spiritualité que nous nous proposons d’étudier, notamment à partir de deux exemples, En rade et En route.

(L’exemple d’En rade est en ce sens peut-être moins connu que celui d’A rebours. Le roman dérive régulièrement vers le récit de cas grâce à l’érudition médicale de l’auteur et à l’observation sur le vif de sa compagne malade. Pourtant le diagnostic de la maladie de Louise erre et échoue, et le roman naturaliste se mue en critique de la médecine, au nom de l’âme. Celle-ci, oubliée par les praticiens, est l’expression chez Huysmans de la subjectivité et d’une résistance à la catégorisation. Typique du récit de cas en apparence, En rade brouille en réalité les pistes neurologiques de la maladie pour en proposer une interprétation psychologique et spirituelle radicalement moderne et une remise en question des liens entre le patient et le praticien.

Dans En route, souvent présenté comme l’étonnant roman d’une conversion où persiste un attachement au naturalisme, l’auteur se plaît à multiplier les récits de vie de saints et de miracles : l’hagiographie y prend souvent des allures de cas clinique, Huysmans ne parvenant à mettre définitivement sous silence la voix des médecins. La tension entre le général et le particulier, le merveilleux et le rationnel, trouve alors à se dire entre les deux pôles constitutifs d’une écriture, la clinique et la mystique.)

Laurence Talairach-Vielmas, Université de Toulouse Jean Jaurès et Centre Alexandre Koyré : « Cas médicaux et imaginaire gothique : la circulation des cas de catalepsie au xixe siècle »

Tout au long du XIXe siècle, la catalepsie demeure une pathologie assez mystérieuse qui suscite l’intérêt des professionnels de la médecine comme elle inspire les écrivains. Souvent associée à l’hystérie, à l’épilepsie ou encore à la transe et au mesmérisme, la maladie se retrouve fréquemment au cœur de plusieurs débats médicaux, le premier étant celui sur les signes de la mort et les limites entre les états de vie et de mort. Mais la catalepsie est également liée à toute une tradition littéraire assez noire ou gothique, dont « The Fall of the House of Usher » (« La Chute de la maison d’Usher ») ou « The Premature Burial » (1844) (« L’Ensevelissement prématuré »), d’Edgar Allan Poe, restent sans doute aujourd’hui parmi les exemples les plus populaires. C’est pourquoi cette communication se propose de retracer brièvement la circulation intense de ces cas de catalepsie, d’un journal médical à un autre, d’une publication spécialisée à un journal populaire ou encore d’un pays à un autre, et de suivre leur voyage entre réalité et fiction. Il s’agira aussi ici de dégager des invariants dans les modes de représentation de la catalepsie ainsi que d’analyser, dans le même temps, l’usage fait par les professionnels de la médecine du cas médical.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *